travaux

Interminables travaux à Gran Tarajal (news du 19/02/2017)

Depuis début janvier nous sommes à Gran Tarajal, jolie petite ville sur la côte Sud-Est de Fuerteventura. Nous avons sorti le bateau de l'eau pour lui refaire une beauté. Après trois semaines au sec il est de retour au ponton... mais les travaux vont encore demander trois bonnes semaines. Le temps presse car nous devons être à Tenerife le 25 février pour le carnaval.

Voir les pages "Grands travaux" de la Saison 3 (en cours de rédaction) :

- Travaux à Gran Tarajal

- 6 semaines de boulot

Préparation du bateau pour la saison 3 aux Canaries (news du 27 sept 2016)

Voilà, la saison 3 est ouverte ! Nous préparons le bateau pour un nouveau départ, à nouveau vers les Canaries où nous passerons l'hiver. Lambarena quittera la France pour un aller simple. Nous le laisserons là-bas au printemps pour venir passer l'été en France dans notre nouveau camping car.

Mais avant de partir, la liste des choses à faire est bien longue... Outre le camping car à finir d'aménager, notre club de kayaks à mettre en hivernage, 3 containers à déménager, les papiers à classer pour passer la main à notre "secrétaire" qui s'en charge pour nous en notre absence (merci Marion, qui assure la logistique à terre... et à qui nous confions Youenn qui reprend le lycée à Quimper), il nous faut faire un grand sheck-up du bateau : moteur, haubans, baille de mouillage, etc.

Nous espérons partir mi octobre...

Pour tout savoir sur ces préparatifs, lire la page "Préparation du voyaye" dans "Saison 3 aux Canaries" (cliquez sur les titres en violet pour y accéder directement).

Nouveauté 2016 : nous disposons d'un émetteur AIS qui permet de transmettre notre position GPS par satellite : vous pourrez cette année nous suivre en direct sur internet (informations à venir).

 

C'est parti pour la saison 2 !

Voilà, c'est reparti pour la saison 2 qui doit nous mener aux Canaries pour l'hiver 2015-2016 ! Nous espérons y arriver cette fois, après notre tentative avortée de l'hiver dernier... L'équipage est maintenant rôdé et nous allons partir un peu plus tôt dans la saison pour ne pas rester bloqués au Portugal.

J'ai donc ajouté la rubrique "saison 2 aux Canaries (2015-2016)" dans le menu à gauche. J'y reprendrai les news au fur et à mesure. 

Depuis début septembre nous nous activons pour préparer le bateau. Nous avons lancé plusieurs chantiers et nous remercions les amis qui nous ont aidé : Olivier, Eric, Christophe, Robert et Marie. Pour plus d'informations sur nos travaux, jetez un oeil sur la page "La préparation du bateau" (saison 2).

Nous avons passé le mois de septembre au ponton visiteur de Bénodet. C'est plus pratique pour travailler sur le bateau... mais c'est un endroit dangereux ! A deux reprises en 4 jours, une vedette moteur puis un gros voilier sont venus à l'abordage en ratant leur manoeuvre d'appontement. Pour dégager le voilier il a fallu faire venir 2 vedettes de la SNSM en pleine nuit : animation garantie sur le ponton ! Heureusement la casse est légère. Lambareana est vraiment un bateau solide ! Lisez le récit de ces aventures sur la page "Bénodet : attention danger !".

Nous attendons maintenant une fenêtre météo favorable pour tracer directement jusque Porto. Si tout va bien il devrait nous falloir 5 ou 6 jours pour y arriver. Après quelques jours de repos nous repartirons directement vers les Canaries : encore 6 ou 7 jours de mer avant le farniente et la découverte des différentes îles des Canaries.

Le mât arrière s'enfonce !

Le départ est tout proche. Par sécurité, Thierry demande à Franck (Le Bihan Voiles) de venir vérifier les haubans car l'un d'eux mollit périodiquement. Verdict : le mât arrière s'est enfoncé ! Il est posé sur une poutre qui subit des infiltrations et il semble qu'elle ne supporte plus bien son poids. Franck nous recommande René pour remédier à l'affaire. Il faut démâter et installer une poutre en bois pour consolider le support. Un gros travail de réparation que nous allons faire à Port-la-Forêt. Impensable de partir en l'état : le départ est donc retardé de quelques jours.

Mise en cale sèche mouvementée

Thierry veut ajouter un passe-coque pour mettre en marche la pompe d'eau de mer de l'évier. Fort de notre bonne expérience de mise en cale sèche à Pors Meillou, nous visons les grandes marées de septembre pour renouveler l'opération. Arrivés à marée montante, nous amarrons solidement le bateau au quai, comme la fois précédente. La marée descend et le bateau se pose gentiment sur sa quille. Avant que la cale ne soit complètement à sec, nous partons pour une douche. A notre retour, la nuit tombée, nous apercevons dans les phares de la voiture, les mâts inclinés de notre bateau : il s'est couché pendant notre absence ! Que s'est-il passé ?  Thierry monte à bord pour investiguer les dégâts. Il faut attendre que la marée remonte en espérant que la bateau se redressera ! Notre crainte est que le bateau reste "scotché" dans la vase. La marée haute est à 5 heurs du matin, aussi Cath et Youenn tentent de dormir dans la voiture. 

Thierry va mettre un peu d'ordre dans le bateau : tout est sans dessus dessous ! Les boites de vis ont valsé et des centaines de vis et boulons parsèment le sol (il faudra quelques heures de tri pour tout remettre en ordre). Les paires ont volé. Le gasoil s'est échappé du réservoir au dessus du moteur et une trentaine de litres a coulé sur le sol et dans les cales. Un taquet à l'arrière est arraché, emportant avec lui un petit morceau de pont. Il est probable qu'en lâchant cela a occasionné la chute du bateau.

Thierry frappe une amarre autour des 2 mâts afin de pouvoir tirer le bateau avec le 4x4 s'il ne se redresse pas...

Cela étant fait, il ne reste plus qu'à attendre... Thierry tente de se reposer un peu. A chaque réveil il aperçoit toujours le champignon lumneux du bateau au dessous de l'essuie glace... puis, enfin, la lumière passe au dessus ! C'est gagné : Lambarena se redresse seul porté par l'eau. Ouf !!!!

Nous retrournons bien vite à notre bouée avant la prochaine marée basse !

Reste une grande journée de rangement et de nettoyage... et une réparation à faire sur le pont. La peinture de coque est un peu abimée sur le côté, mais sans gravité.

Quelle erreur avons nous commis ? Avoir laissé le bateau : s'il est tombé d'un coup, notre présence à bord n'aurait peut-être rien changé et nous aurions pu être blessés dans la chute. Thierry pense que son erreur est probablemen d'avoir amarré le bateau pas suffisemment incliné vers le quai.

Encore une grosse émotion : voir son bateau couché dans la vase n'est pas un moment agréable... mais l'affaire se termine pas trop mal.

Répétition générale au port

Depuis notre première sortie dimanche 18 mai, nous sommes bloqués au port en attendant de régler notre problème de barre. Nous avons "enménagé" tous les trois dans le bateau et nous testons ce nouveau mode de vie au port. Nous avons encore aussi pas mal de choses à finaliser et les journées passent vite. Petit à petit nous apportons l´équipement du bord.

Cath installe la cuisine

La cuisine est la priorité et elle est aménagée rapidement : cath parvient à faire tenir dans les placards tout le matériel indispensable. Le frigo fonctionne bien, la gazinière aussi. Notre microondes 12 V ne fonctionne pas et nous testons un micro ondes en 220 V mais nous n'avons pas assez de puissance : nous abandonnons ! par contre la cafetière électrique et le grille pain font leur office pour le petit déj.  Thierry modifie son évacuation d'évier et nous pouvons enfin faire la vaisselle à bord.

La cuisine terminée

Thierry paufine son installation électrique

Tout est branché : les 4 panneaux solaires et l'éolienne. Thierry surveille la consommation et ça tient la route. Plus que les rubans de LED à installer dans les cabines et les toilettes et  ce sera terminé. Nous prévoyons d'ajouter un coin recharge des appareils (téléphones, tablettes, appareils photos...) sous le panneau de télécom et ce sera complet et opérationnel.

Reste les finitions... Nous ferons cela quand nous aurons le temps...

Lire la suite

USHIP Quimper refuse d'assumer ses responsabilités suite à l'erreur de montage de l'inverseur

UNSHIP Quimper refuse d'assumer la responsabilité de l'erreur de montage de l'inverseur fate par son mécanicien. Pourtant les entreprises sont assurées pour couvrir ce genre de risque et ça ne leur coûte rien de faire fonctionner mleur assurance !

Depuis l'accident c'est silence radio... pas de réponse à notre mise en demeure. 

Nous en causons beaucoup autour de nous sur les pontons. Les langues se délient sur des litiges avec eux... 

Nous avons envoyé un courrier à la direction d'Uship. Quelques semaines plus tard nous recevons un courrier d'une assurance qui nous avise qu'Uship a déclaré le sinistre et nous demande de mettre en contact notre assurance... Notre avocat fait une réponse pour demander que l'accident soit pris en compte. En octobre, aucune réponse de l'assurance....

ça y est : nous avons un voilier !

Mâtage du bateau et installation des voiles

Jeudi 17, Les spécialistes du grément de Le Bihan Voiles, viennent installer les deux mâts du bateau. Les mâts sont déposés sur le bateau par la grue du port. Il nous faut donc aller au quai de grutage : un bon coup de stress pour cette deuxième manoeuvre deport. 

Le lendemain, le voilier vient à bord pour nous installer le génois et la GV neuves. 

Nous voilà donc enfin avec un voilier : cette étape nous met du baume au coeur (sans jeu de mot) ! 

20140418 161230

 

Lire la suite