Bénodet : attention danger !

Qui a dit qu'on a la poisse ?....

Lambarena a passé le mois de septembre 2015 sur le ponton visiteur du port de Bénodet : endroit carrément dangereux, surtout lors des grandes marées ! Le courant y est si fort que toute approche mal maîtrisée provoque des catastrophes. Le bateau est happé vers le ponton dès qu'il s'approche à quelques mètres... et tant pis pour le pilote qui ne gère pas... et surtout tant pis pour notre pauvre Lambarena qui se tient bien tranquille amarré au ponton dans le passage des bateaux fous.

Nous avons été accrochés par 2 bateaux à 4 jours d'intervalle ! Voilà le récit de ces moments d'émotion. Heureusement, Lambarena est solide et les dégâts peu importants ne nous empêcheront pas de partir pour les Canaries dès que la météo sera favorable.

26 septembre : une vedette nous accroche

Samedi en fin d'après-midi, alors que nous étions nombreux à bricoler sur le bateau, une grosse vedette à moteur, un Antares 980 avec 2 moteurs de 250 cv, tente une manoeuvre d'apontage à côté de nous. Une première approche est ratée et le bateau va décrire une boucle pour revenir par notre tribord. A quelques mètres de nous, le pilote, un vieux monsieur visiblement peu aguerri, quitte alors les commandes du pont supérieur pour prendre celles du bas. Pour cela il coupe les gaz et le bateau perd de la vitesse. La descente lui prend du temps... juste le temps pour son bateau de venir s'emplâtrer contre le nôtre ! Notre annexe attachée au portique arrière absorbe le choc. Sa roue arrière se prend dans le balcon de l'Antares. Les bateaux sont enchevêtrés et se peuvent se dégager. Le pilote de l'Antares semble en état de choc et ne sait que faire. Thierry prend la manoeuvre en main et lui commande de mettre sa barre à babord et d'actionner le moteur tribord à fond. Mais le pilote met la barre à tribord et aggrave la situation... Thierry parvient tout de même à lui faire faire une manoeuvre de dégagement. 

Résulat de l'accostage : les roues de l'annexe sont pliées, l'échelle de bain complètement tordue et la plage et le portique arrières légèrement tordus.

30 septembre : un gros voilier nous coince contre le quai

Pour cette soirée calme nous filons au lit regarder un film. A peine débuté, vers 11 heures, Thierry voit passer à grande vitesse et bien près de nous un génois puis un mât... et Bang, c'est le choc violent ! Thierry enfile un short et sa polaire (eh non, pour une fois il ne sort pas tout nu !...) et se précipite sur le pont. Youenn et moi le suivons de près. Un énorme voilier est accroché à notre bateau, dans la même position que la vedette il y a quelques jours. Il fait nuit et ce sont des polonais, ce qui ne facilite pas la coordination des manoeuvres ! Une première tentative de dégagement échoue et le voilier se retrouve coincé, l'arrière tribord contre nous et  l'avant contre le ponton. Notre radeau de survie attaché à tribord est coincé dans le balcon. Le voilier écrase dangereusement Lambarena contre le quai. Il apparaît vite évident à Thierry qu'il sera impossible de le dégager sans aide extérieure.

Il appelle le CROSS à Etel et demande le secours de la vedette SNSM du port de Bénodet. La vedette arrive rapidement ainsi que 2 sauveteurs qui montent à bord du voilier polonais... sans gilet ni VHF pour communiquer avec la vedette. Thierry les équipe. Le voilier est amarré à la vedete qui tente de le dégager. Le bateau bouge d'un mètre et notre plage arrière lui fait une grosse entaille dans la coque ! Plus il bouge plus cela cause des dégâts. Thierry fait stopper la manoeuvre.

Pendant ce temps les voisins et les pêcheurs se sont agglutinés sur le ponton. Vient maintenant une équipe de pompiers sur un zodiac. Ils veulent tenter des manoeuvres... nous demandent d'avancer notre bateau... chacun y va de son idée mais aucun chef ne prend de décision. Avec leurs vestes et leurs casques jaunes ils m'apparaissent comme la bande de spermatozoÏdes du film "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe (sans jamais oser le demander)"  de et avec Woody Allen... je garde cette pensée pour moi pour ne pas déconcentrer Thierry qui pilote les opérations.

Il demande au CROSS d'envoyer un second bateau pour pouvoir tirer le voilier à 90°.  Le pilote du 1er bateau se fâche car il pense que ses 500 cv doivent suffire... mais de là où il est, il ne peut évaluer correctement la situation. Thierry somme le CROSS d'envoyer la vedette de Loctudy. Le CROSS se range à ses arguments et nous attendons la vedette. Pendant ce temps les pompiers tentent toujours d'imaginer une manoeuvre salvatrice... sans prêter attention à Thierry qui les interpelle pour savoir ce qu'ils mijotent ! A 1 heure du matin la vedette SNSM de Loctudy arrive et les deux vedettes parviennent sans difficulté à écarter le voilier puis à l'amener doucement au ponton à côté de nous. Ouf, c'est terminé !

Notre radeau est abîmé mais notre bateau a tenu le coup malgré les 20 tonnes du voilier qui l'écrasaient contre le quai ! La plage arrière a résisté : pas de dégâts de ce côté là. Heureusement que Thierry était là pour prendre les opérations en main !  Youenn s'est montré efficace pour aider Thierry... et moi... j'ai pris les photos !!

Commentaires (2)

Pascal
Hello,
Ca me fait penser à notre accrochage sur Fréjus.
Dans le même genre, le soir, en février, en regardant un film, "Transformers" le son à fond, et un grand choc, pas de bruit car le film était trop fort, mais un mouvement de notre bateau, !! ?? !!
Bizarre ça c'est pas dans le film, tout le monde dehors en slip !!
ça caille un peu et il y a du vent, c'est pour ça que ce voilier de russes nous à éperonné sur notre tribord en prenant notre chandelier ... 15 minutes ont suffit pour rétablir tout ça, moins grave que vous, mais dans note mémoire quand même.
donkiflote
  • 2. donkiflote | 07 Oct 2015
C'EST MICHEL À RENNES.
Je sais bien que le courant est très fort à cet endroit et qu'il faut attendre l'étale pour entrer ou sortir des pontons. Vous souhaite meilleure chance pour la suite.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 03 Oct 2015