Retour vers Olhao

Derniers jours de Cath...

Je dois prendre un vol retour lundi 16 février au matin à Faro, aussi nous entamons le retour vers Olhao, proche de Faro, dès le mercredi 11.

De Rota à Ayamonte

Première étape : Ayamonte où je dois récupérer mon ordinateur mis en réparation. Le départ initialement prévu le mardi est retardé en raison d'un vent trop fort rendant la manoeuvre de sortie dangereuse. Le bateau est amarré en bout de ponton juste à côté de la digue et, même à marée haute, nous risquons de nous mettre sur les cailloux. Le mercredi est plus calme et nous partons de bonne heure. Pour nous déhaler nous amarrons l'arrière du bateau au ponton d'à côté afin que Youenn puisse le tirer en arrière et le faire pivoter face au passage entre les pontons, sans qu'il dévie vers les cailloux. La sortie se fait ainsi sans problème. Le vent annoncé Sud Est est de fait Nord ce qui permet de tirer un grand bord de près. Nous finissons tout de même au moteur espérant arriver avant la renverse dans le Guadiana. Raté... la remontée vers Ayamonte se fait à marée descendante et avec un fort courant à contre, aussi nous plafonnons à 2 noeuds. Nous nous amarrons à "notre" bouée à 3 heures du matin.
Le lendemain nous allons à Villa Real récupérer mon ordi mais il est HS. Il fait très beau et nous nous promenons dans la ville qui sous le soleil nous paraît plus agréable que lors de notre précédent passage. Il y a du monde dans les rues et les cafés ont sorti leurs terrasses. Le soleil illumine  les façades colorées et la ville nous semble moins austère (malheureusement je n'ai pas mon appareil photos). Le soir nous nous offrons une pizzéria à Ayamonte et Thierry achète un jambon espagnol qui sera le bienvenu durant la longue nav retour.

Les célèbres jambons espagnols

De Ayamonte vers Olhao

Vendredi 13... Est-ce ça va nous porter chance pour ma dernière nav ? Le soleil est au RV mais pas le vent : moteur une fois de plus ! Vers midi le vent se lève un peu et j'ai le bonheur de pouvoir tirer un long bord de près sous le soleil. Vers16h, comme le cap est pile face au vent et qu'il reste 15 milles à faire nous n'avons plus le temps de tirer des bords, aussi nous mettons le moteur. Malheureusement une petite houle hachée se lève. Face aux vagues et au vent nous plafonnons à 2,5 noeuds et nous n'arrivons à l'entrée de la lagune qu'à la nuit. Nous remontons donc le chenal de nuit, les yeux de Thierry rivés à la carte du traceur (quel confort !...) et les nôtres balayant les eaux noires à la recherche des bouées vertes et rouges qui tracent le chenal. Nous parvenons sans frayeur devant le mercado d'Olhao à 2 heures du matin et jetons l'ancre (par chance il reste une place dans cet espace très restreint). Ouf, Super arrivée !... Mais la joie est de courte durée car l'ancre n'a pas accroché et il nous faut recommencer la manoeuvre. Youenn remonte l'ancre en vitesse et je cherche en vain à récupérer l'orin... qui a filé vers l'arrière et... se coince dans l'hélice ! Le moteur cale et l'ancre est déjà trop remontée pour freiner notre dérive. Tandis que le bateau glisse lentement vers le haut fond à proximité, Thierry et Youenn se dépêchent de mettre l'annexe à l'eau et d'y installer le moteur. Coup de chance, le bateau vient se coller à la bouée rouge qui borde le chenal et je m'y accroche pour que le bateau n'aille pas s'échouer sur le banc de sable. Le bateau en relative sécurité, Thierry récupère en annexe la deuxième ancre et sa chaîne dans la baille de mouillage avant puis va la jeter très loin devant le bateau. Cette fois elle tient et il ne reste plus qu'à hâler le bateau avec le bout accroché à la chaîne pour le remettre en place. Ouf, plus de peur que de mal !
Coup de chance, notre voisin a à son bord une bouteille de plongée que Thierry envisageait de lui acheter lors de notre précédent séjour. Il lui prête et le lendemain matin Thierry plonge pour dégager le bout pris dans l'hélice. Quelques essais moteur nous rassurent vite, pas de dégâts sur l'arbre d'hélice ni le moteur.
Nous passons les deux derniers jours au mouillage à Olhao. Pas de chance, le temps est bien gris et la nuit de samedi nous essuyons un gros coup de vent; l'ancre tient bon. Lundi matin, à 3 heures, je prends une dernière fois l'annexe pour accoster et aller en voiture à l'aéroport : le ciel est clair et aucun souffle de vent ne vient troubler le calme de la nuit sur la lagune... Je pars le coeur serré... Tout cela va me manquer ! Le voyage est terminé pour moi et je suivrai le retour de loin au téléphone. Je retourne dans la grisaille  bretonne m'enfermer devant mon ordi au bureau.... GRRRRRRRRR

Où se trouve Olhao ?

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 08 Mars 2015