On talonne à Mayreau

En route vers les Tobago Cays que nous n'atteindrons pas...

En route pour les Tobagos Cays, tranquillement au moteur à 3 nœuds à peine, nous talonnons : le bateau stoppe brutalement. Par chance je suis derrière la barre et peux immédiatement mettre en marche arrière pour dégager de bateau. Nous jetons l’ancre à proximité pour aller constater les dégâts. Thierry plonge et ressort plutôt rassuré : l’avant de la quille est enfoncé sur une dizaine de centimètres et il pense pouvoir réparer cela sans difficultés. Selon lui, la quille est étanche… Le temps de déjeuner et je constate qu’il y a de l’eau jusqu’au niveau des planchers : visiblement la quille n’est pas étanche et nous avons bel et bien une voie d’eau ! Panique à bord : que fait-on ? D’abord enclencher la pompe de cale qui parvient à éliminer autant d’eau qu’il en rentre ; ouf ! La grue la plus proche pour sortir le bateau est au chantier de Tyrrel Bay à Carriacou, à une bonne quinzaine de milles d’ici. Est-on certains d’y arriver ? Thierry n’hésite pas et nous appelons le chantier pour nous assurer que le travel-lift sera disponible à notre arrivée. Fort heureusement nous sommes une journée de travail et aux heures d’ouverture. Le chantier nous attend et nous levons l’ancre. Première inquiétude : le moteur plafonne à 1800 tours, que se passe-t-il ? Pourvu qu’il ne tombe pas en panne. Nous déroulons le génois et hissons la grand-voile avant. Nous partons au vent arrière et, après plusieurs jours de vent à 25 nœuds, il s’est ramolli à moins de 10 nœuds juste au moment où nous voudrions qu’il souffle fort sur nos voiles. Au bout d’une demi heure le moteur reprend son rythme normal et nous le poussons à fond pour arriver plus vite. A peine une heure après le départ la pompe de cale nous lâche : nous l’avons payée une fortune l’an dernier, c’est réjouissant ! Gros coup de flippe pour moi, mais Thierry a une pompe de rechange qu’il met une dizaine de minutes à installer… le niveau d’eau monte mais reste sous les planchers. De la barre je surveille une chaussure de sport qui traîne sur le parquet du carré : si elle se met à flotter, ça craint… la nouvelle pompe est efficace et parvient même à faire baisser le niveau. Je reprends confiance mais craint tout de même qu’elle nous lâche aussi. Thierry n’a pas l’idée de me signaler qu’il en a encore une autre en réserve et qu’au pire il peut brancher le refroidissement du moteur dans la cale. Bref, il a des solutions alternatives que j’ignore. Nous craignons aussi que le trou s’agrandisse en cours de route et que la voie d’eau s’accentue. Bref, c’est l’angoisse… Nous mettons seulement 3 heures pour atteindre Tyrell Bay et le chantier nous attend. Nous sortons immédiatement le bateau : ouf, tout finit bien ! Le lendemain nous sommes épuisés par ces émotions et restons à flemmarder dans le bateau.

Fini les vacances… et c’est reparti pour un chantier !

Voilà, nos vacances sont terminées prématurément ! Nous allons passer les semaines qui nous restent sur le chantier à réparer le bateau. Une chance, des artisans français s’installent ici et Nicolas est un bon spécialiste en résine. Nous déclarons l’accident à l’assurance : il n’y a plus qu’à attendre que les choses suivent leur cours. De toutes façons il faut d’abord laisser sécher le bateau quelques semaines et les réparations se feront en notre absence.

C'est où ?

Fil conducteur

Voir le récit précédent et le récit suivant de la saison 4.

Retrouvez dans la liste à droite tous les récits de la saison 4 --->

Commentaires (1)

Patrice
  • 1. Patrice | 09 Avr 2018
Çà y est, vous avez pris votre premier caillou, alors vous êtes passés "pro" . Heureusement sans trop de casse.
Je ne sais pas si ça se fête (comme la première chute de cheval?) mais comme je vous connais vous aller bien célébrer l'événement autour de votre langouste.
Bises et à bientôt
Patrice

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 08 Oct 2018