Travaux et festivités à Gran Tarajal

6 semaines à la marina

Nous avons jusqu'au 20 novembre, arrivée de nos équipiers, pour préparer le bateau. La liste est longue : dessalinisateur à brancher, mouillage à améliorer (changer la chaîne et mettre à poste une deuxième ancre), réparation des dégâts causés par l'abordage, quelques cadaines à consolider (creuser le bois pourri et remettre de la résine), entretien du moteur, réparation de la capote de roof, confection d'une nouvelle trinquette (petite voile d'avant), réinstallation des logiciels sur le nouvel ordinateur de bord, etc.

Je profite de ces journées où Thierry travaille pour ma lancer dans le nettoyage des inox qui sont bien rouillés. De plus il reste ça et là des traces de peinture sur les rails et les pieds de chandeliers. Plusieurs jours me sont nécessaires pour redonner un peu de brilant à notre bateau.

Finalement c'est Thierry qui attaque le chantier cockpit : des journées de mastiquage et de ponçage avant que son état soit acceptable pour que je lui passe deux couches de peinture. Mais le résultat nous fait plaisir : nous avons enfin un cockpit accueillant, tout beau tout blanc... et qui se nettoiera facilement !

Pour finir, nous nous offrons un beau winch self-tailing tout neuf pour mettre au pied du mât d'artimon. Thierry est tout content de pouvoir hisser sa grand voile plus facilement ! L'ancien winch est installé au pied du mât de misaine, ce qui facilitera la mise en place du génois (et supprime la drisse de génois du cockpit).

 

Festivités et belles rencontres

C'est la saison du départ vers la transat et de nombreux bateaux français transitent au port. Nous faisons de belles rencontres. Fred et Sandra qui naviguent avec leurs deux ados, un gros chien blanc et un chat. Marie et Daniel, deux papy-mamie de choc (des quinquas déjà grands-parents d'un ado de 17 ans !). Romain et Céline, partis pour la transat sur un Pogo que nous connaissons bien car il est amarré dans l'Odet depuis deux ans. Jean-François, marin décontracté déjà rencontré en Galice l'an dernier. Laurent, belge cool, qui invite tous les français du port pour un méga-apéro à son bord. Philippe, marin de Nancy qui part seul sur un petit First 27 pour la transat et n'attend pas une fenêtre météo correcte : il se battera plusieurs jours contre le vent... Dominique et Fred (sur Frédom) qui ont le même programme que nous : nous les recroiserons certainement cet hiver. Jean-Luc est passé une quinzaine de jours puis reparti. Nous avons pu rencontrer sa femme Valérie qui partage ses aventures depuis toujours. Nous devons le retrouver à la Gomera. Corinne, toujours fidèle à Gran Tarajal, nous donne encore de bons coups de main grâce à son espagnol parfait et son imprimante (produit rare de luxe à bord d'un bateau !). Thierry aide Ben à remettre son bateau en état : ça le motive à se prendre en main. Faut-il parler d'un certain ancien militaire qui a su profiter de plusieurs invitations et d'un bon coup de main pour son bateau mais qui n'a pas jugé bon de nous inviter à boire un verre ?... Il faut bien des exceptions pour mieux apprécier la gentillesse de tous ces marins de rencontre. Nous avons fêté l'anniversaire de Thierry dans un bon restaurant après un apéro au bateau avec les français présents. Un soir, nous improvisons une soirée crêpes sur le parking. Abrités du vent nous bavardons jusque tard dans la nuit. Nous avons aussi le plaisir de retrouver Claude qui nous avait hébergé sur son catamaran durant nos travaux l'hiver dernier. Il nous amène nos équipiers, Laure et Patrice (dit Papi), qui transitaient par Lanzarote. Le dernier soir Corinne nous fait la surprise d'inviter tout le monde à son bord... Nous quittons Gran Tarajal au matin, avec un petit pincement au coeur de laisser de si bons souvenirs derrière nous !  

Top départ !

Nos équipiers arrivent le domanche 19 novembre. Le lundi nous faisons l'approvisionnement du bateau : c'est le dernier port pratique pour cela et nous entassons des provisions pour plusieurs semaines. Au Cap Vert les commerces sont rares et chers, alors mieux vaut acheter ici. La liste de courses est interminable... et Laure bataille un bon moment pour caser tout cela dans les placards et dans les coffres. Le mardi matin nous appareillons pour la Gomera où nous devons retrouver Audrey, la fille de Laure. Nous l'avions rencontrée l'an dernier et fait une randonnée avec elle (Voir la page La Gomera, l'île des belles rencontres). C'est elle qui nous a présenté ses parents qui rêvaient de faire une transat.

C'est où ?

Fil conducteur

Lire le récit précédent et le récit suivant de la saison 4.

Liste des pages de la saison 4 ----->

Commentaires (2)

Сialis
Everything is very open with a clear clarification of the challenges.

It was definitely informative. Your site is very useful.

Many thanks for sharing!
Lapeyre
  • 2. Lapeyre | 08 Déc 2017
Très beau travail sur le bateau, je vous souhaite une très belle traversée, personnellement j'en garde un très bon souvenir,
Je vous envie
Bises à vous et bon vent

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 07 Déc 2017