Les Saintes

Terre de haut : escale touristique

Déçus par notre escale à la Dominique, nous mettons le cap vers les Saintes dès le lundi 25 février, une fois le coup de vent passé.  Nous apprécions particulièrement cette navigation avec 15 nœuds de vent et deux mètres de houle de côté qui ne freine pas le bateau : nous traçons à 6-7 nœuds au près serré et osons faire notre entrée dans l’archipel des Saintes par la passe des Dames, passage relativement étroit entre deux ilots entourés de rochers. Nous cherchons un moment le mouillage idéal. Celui de l’Ile aux Cabrits étant complet nous prenons une bouée au nord de la baie de Terre-de-Haut. Avec l’alizé soutenu de Nord-Est le mouillage est très rouleur mais nous sommes en sécurité et à pied d’œuvre pour visiter cette charmante île.

Nous louons des vélos électriques et nous voilà partis pour un grand tour de l’île. Pour moi qui n’ai pas mis les fesses sur un vélo depuis des lustres et souffre du mal de terre, le démarrage est un peu difficile ! C’est le moyen idéal pour cette visite car l’île est montagneuse et l’assistance électrique bienvenue. Pour une fois nous faisons une visite culturelle au Fort Napoléon avec une charmante guide. De là-haut, la vue est magnifique sur l'archipel des Saintes. Nous allons nager à l’anse ??? mais les fonds ne sont pas vraiment extraordinaires bien que la carte touristique parle d'un "aquariun à poissons". Le bourg a bien changé depuis mon passage il y a dix ans de cela. Les cases ont été joliment restaurées et de nombreux bars et boutiques animent la rue principale autour du débarcadère. C’est joli et ça garde un peu d’authenticité malgré l’afflux des touristes.

Aux Saintes nous avons pu voir ici et là pas mal d'iguanes : ces gros lézards préhistoriques sont endémiques des Antilles.

Terre-de-Bas : escale sauvage

Un ostéopathe vient de s’installer à Terre-de-Bas et nous en avons tous deux un grand besoin de ses services. Nous allons donc mouiller dans l’anse Fideling (ou Grande Baie), la seule qui offre un mouillage tranquille. L’ostéopathe habite juste au dessus. En deux séances successives il parvient à améliorer très nettement les douleurs au pied de Thierry (contact : Jean ???). Nous restons donc là quelques jours pour remise en état. La baie est sauvage et entourée de roches rouges ; les fonds côté nord sont très beaux. Un mouillage comme nous les aimons bien qu’il soit un peu rouleur. L’île est peu peuplée et peu de touristes s’y aventurent. Les gens sont très accueillants. Le bourg principal de Petites Anses à l'ouest est très agréable avec ses jolies maisons fraichement peintes de toutes les couleurs, bien entretenues et largement fleuries. A l'est, le bourg de Grand Anse est surtout animé par le débarcadère. Nous avons déjeuné chez Eugénette, un restaurant très renommé qui attire touristes et locaux. 

C'est où ?

Fil conducteur

Voir le récit précédent et le récit suivant de la saison 5.

Retrouvez dans la liste à droite tous les récits de la saison 5 --->

Commentaires (1)

Le Moine Marie
  • 1. Le Moine Marie | 15 mars 2019
Aux Saintes, j'espère que vous êtes allés, face au coucher du soleil, boire un remontant au bistrot dont la terrasse est battue par les vagues, à gauche de la maison en forme de paquebot . Je me souviens d'avoir suivi "Dallas" (aucune maison n'était épargnée) par les fenêtres et portes ouvertes en parcourant toute la rue principale . Deux ans après, à la même place, il y avait toujours les joueurs de belote , la dame qui faisait des gâteaux "puits d'amour" et le vieillard sur son rocking chair ,c'était il y a trente ans à peu près, est-ce qu'ils étaient encore là ? Profitez bien . Bien sûr on pense à vous. Bises

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 15 mars 2019