Nazaré

Carte et photos en bas de page.

De Porto à Nazaré : notre première nav de nuit

Nous quittons Porto lundi 24 novembre vers 16H en direction de Nazaré. Peu après notre départ la nuit tombe et c’est parti pour notre première nuit en mer tous les trois ! Une houle croisée d’environ 3-4 mètres et un vent du nord de 10 nœuds rendent la navigation en vent arrière difficile : le pilote ne parvient pas à tenir le cap. Nous partons donc en grand largue vers le large et la côte ne fait plus qu’un filet lumineux au loin.  Pour cette première nuit Cath et Thierry alternent la surveillance environ toutes les deux heures. La bateau roule beaucoup et le cap varie de près de 45° sous l’effet de la houle croisée. Les vagues font des gerbes d’écume le long de la coque avec des étoiles lumineuses dues au plancton phosphorescent. La nuit est belle mais peu lumineuse avec un petit quartier de lune et des nuages. Nous nous faisons une frayeur en croisant un bateau de pêche : route de collision ! Au moteur toute pour déguerpir. Au matin le vent tourne légèrement et nous ne parvenons pas à maintenir un cap avec le pilote. Thierry décide de mettre au moteur pour reprendre vers la côte. Au petit matin Thierry pêche deux beaux maquereaux. Nous arrivons à Nazaré vers 14H et nous amarrons au ponton de la marina privée : le plan d’eau est très calme malgré la houle en mer. Nous sommes fatigués par cette nuit en mer, d’autant que Thierry a une bonne grippe. 

arrivée à Nazaré

Nazaré : une ville moderne

Thierry voulait revenir à Nazaré où il avait passé de grands moments dans sa jeunesse. La ville était alors peu développée et gangrénée par unimportant trafic de drogue.

Aujourd'hui Nazaré est une station moderne avec des immeubles neufs en front de mer. Le bazar a fait place à des cafés restaurants et des boutiques d'articles pour touristes. Les rues de la vieille ville ont été rénovées, les barques de pêches sur la plage ont disparues et les vielles femmes recousant les filets avec eux... le charme a disparu.

La plage de Nazaré et un bateau de pêche survivant

Reste le site qui garde sa beauté avec cette ville blanche nichée au pied de la falaise.

Nazaré vue de Sitio

Le ravitaillement ici est très difficile car les "mercados" et les boulangeries manquent à l'appel, remplacés par des cafés. 

Sitio sur la falaise

En haut de la falaise Sitio attire les foules car sur sa plage en contrebas déferle deux fois par an la plus grosse vaguedu monde. Elle peut atteindre 30 mètres et attire les surfeurs les plus intrépides.

La ville garde un caractère plus typique que Nazaré avec ses petites maisons blanches. Nous y venons une première fois en consultation à la clinique pour Thierry qui a une mauvaise grippe.La femmemédecin qui le reçoit est si contente de parler français que la consultation s'éternise ! Nous  restons déjeuner sur place dans un excellent restaurant où je déguste des sardines grillées et Thierry du poulpe au riz. Ensuite nous allons admirer les vagues à partir du fort qui surplombe la plage. Un surfeur est là  mais il n'ose pas se lancer ! Nous redescendons à Nazaré à pied car le funiculaire est en maintenance.

l'église de Sitio

Nous revenons tous les trois à Sitio le samedi, sous le soleil avec plus de vent, donc plus de vagues. 

Grosses vagues au fort de Sitio

 

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 27 Fév 2015