Notre annexe alu

Un choix discutable dont nous nous félicitons tous les jours !

Pour des tas de raisons nous avons décidé d’acheter une annexe rigide en alu. Nous en avons trouvé une d’occasion qui mesure 3,60 mètres : un peu longue, mais pas de regret, ces mois passés sur le bateau nous ont confortés dans notre choix ! Beaucoup nous disaient qu’elle serait trop encombrante, voire dangereuse en navigation, or nous ne lui faisons qu’un seul reproche : tenter les voleurs…

Notre annexe en pratique

L’annexe mesure donc 3,60 mètres et pèse seulement une cinquantaine de kilos, soit l’équivalent d’une annexe semi-rigide de taille confortable. Nous l’avons équipée d’un moteur 4 temps de 15 chevaux avec un démarreur électrique, ce qui nous impose d’avoir une batterie à bord.

De larges roues relevables fixées sur le tableau arrière permettent de rouler l’annexe sur le sable des plages où nous accostons.

Après nous être fait voler du carburant, puis l’annexe, bien qu’attachée au bateau avec un câble inox et un cadenas, Thierry a installé des éléments de protection. Un coffre à l’arrière sécurise la nourrice et la batterie, et une porte au caisson avant protège le matériel que nous y déposons (gilets, extincteur, ancre, fusées de détresse…). Une alarme se déclenche si ces coffres ou le câble d’amarrage sont ouverts.

Annexe 1

Les nombreux avantages d’une grande annexe en alu

Sa taille permet de recevoir un moteur puissant et ainsi de pouvoir nous déplacer sur de grandes distances. Pratique pour explorer ou traverser une rivière, se promener en mer, et surtout aller à terre depuis un mouillage un peu éloigné, voire aller faire ses courses en accostant au plus près des commerces.

Nous pouvons y accueillir en sécurité plusieurs personnes et du matériel : courses, bidons d’eau ou de gasoil, grosses valises, etc.

Nous n’y sommes généralement pas mouillés, sauf en cas de forte houle, et c’est agréable de pouvoir descendre à terre en tenue de ville !

En cas d’échouage ou de panne moteur par calme plat, l’annexe peut servir à coucher ou remorquer le bateau.

Lorsqu’il est nécessaire d’aller poster une deuxième ancre lors d’une prise de mouillage, descendre l’annexe et l’équiper du moteur prend moins de 10 minutes et elle supporte très aisément la charge de l’ancre et de sa chaîne.Pour l’accostage (plus ou moins maîtrisé…) sur des quais mal dégrossis ou des rochers, aucun risque de crever !

L’annexe peut accoster sur une plage même s’il y a des rouleaux car sa forme offre une bonne stabilité. Ses roues facilitent la remontée de l’annexe sur le sable.

L’annexe est très solide. Nous avons apprécié par exemple de pouvoir aller explorer les grottes déchiquetées de Lagos sans craindre d’abîmer l’annexe.

Annexe 3 

En navigation, nous avons 3 options

Comme pour les annexes gonflables, nous pouvons l’attacher à l’arrière si la mer est calme. Durant cette première saison les conditions météo ne nous ont guère autorisé ce mode de transport. Nous avons testé avec 20 noeuds de vent et un peu de houle : pas de problème notoire.

Pour les étapes courtes, nous remontons l’annexe (sans le moteur) sous le portique arrière, grâce à un système de poulies qui rend cette manœuvre assez facile et praticable seul. Une fois sanglée elle ne bouge plus et elle suffisamment haute pour ne pas risquer de se remplir d’eau avec une vague. Bien sûr elle dépasse un peu sur les côtés et il faut y faire attention dans les manœuvres de port.

Pour les longues navigations, nous posons l’annexe renversée sur le roof à l’arrière du pont. Elle offre un dossier au barreur et coupe du vent arrière. Sécurité maximum. La manœuvre est un peu plus longue mais faisable seul en s’aidant de la drisse du mât d’artimon.

Annexe 2                  Annexe 4

Un équipement bien adapté

Le portique arrière a été consolidé et équipé de poulies de chaque côté pour hisser l’annexe.  Deux points d’attache sur le plancher de l’annexe permettent de fixer les bouts servant à la hisser.

Un système astucieux sur la plage arrière. La difficulté était de faire passer l’annexe au-dessus de notre plage arrière lors de la montée. Pour cela, nous avons équipé la plage arrière de rails permettant d’emboiter verticalement une échelle alu de 2,50 mètres : dans cette position haute l’annexe  glisse sur cette « rampe ». En position basse elle sert d’échelle de bain, bien pratique car elle descend assez profondément pour se mettre à l’eau sans difficulté, même équipé d’une bouteille de plongée. Elle servira également de ponton dans les ports où on s’amarre « à cul ».

La chaise moteur est fixée au balcon arrière et consolidée avec une "jambe" inox escamotable qui évite les ballotements dus au poids du moteur. A côté, un palan en inox permet de hisser le moteur sans effort. Ce palan sert aussi à hisser les choses lourdes à bord… ou un homme tombé à l’eau…

Comment charger l'annexe à bord ?

Son poids rend la manip assez facile. Il s'agit d'attacher l'annexe à la drisse de GV et de mouliner jusqu'à ce que l'annexe se présente au niveau du balcon. Là il faut l'aider à passer le bastingage et le redéposer délicatement sur le pont arrière. Une fois sanglée elle ne bouge plus.

Annexe 5     Annexe 8     Annexe 9     

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 11 Août 2017