Tenerife et son carnaval

On fait de la pub pour le carnaval...

Eblouis l’an dernier par le carnaval de Santa Cruz de Tenerife, nous avons tenté d’organiser une semaine de fiesta avec nos amis français… malheureusement seul mon frère Patrice a répondu « présent » au rendez-vous. Depuis notre retour aux Canaries nous faisons beaucoup de publicité pour le carnaval auprès des marins rencontrés, de sorte que plusieurs bateaux se retrouvent à la marina de Santa Cruz en cette fin février.

Nous arrivons le vendredi matin 24 février et, à peine amarrés, nous faisons le tour des pontons pour organiser les troupes !

Patrice arrive dans la nuit de samedi à dimanche et, pour le mettre dans le bain tout de suite, nous allons le chercher à l’aéroport déguisés en pirate et en gitane.

Deguisements

Une fête à la marina

Pour faire connaissance nous organisons une soirée le dimanche à la marina qui réunit tout ce qui parle français. Thierry sort sa « Crampouz » pour faire des crêpes : cette fois il utilise bien de la farine de blé… et non du gofio comme à Gran Tarajal. Chacun apporte quelque chose à boire ou à manger et, surtout, se doit d’être déguisé. Patrice remporte la palme avec son joli costume de titi jaune, agrémenté d’une belle cravate bleue car il faut se faire beau pour sortir le soir. Thierry et moi ressortons nos costumes de pirate et de gitane orientale (avec un pull car le temps est frais…). Pour moi, c’est une grande première car je ne me souviens pas de m’être jamais déguisée. La soirée est sympa bien que très sage ; à minuit tout le monde est au lit. Ce n’est pas encore cette année qu’on ira danser et boire jusqu’à l’aube dans les rues… peut-être plus de notre âge ?...

Traditionnel défilé du mardis-gras

Nous assistons au traditionnel défilé du mardi-gras et j’ai la chance de trouver une place assise au premier rang ! Le défilé dure trois bonnes heures et, comme l’an dernier, c’est une débauche de costumes tous plus inventifs et colorés les uns que les autres. Et que dire des chars qui rivalisent de beauté ? Un vrai régal pour les yeux. Toutefois il nous semble que le défilé est plus court que l’an dernier et que le carnaval attire moins de monde cette année. L’an dernier les rues étaient si animées qu’il était très difficile de se frayer un passage dans la foule en délire.

Enterrement de la sardine

Le mercredi nous allons à l’enterrement de la sardine avec Patrice et un couple de marins très sympas rencontrés à Gran Tarajal. Ils ont entièrement construit leur superbe bateau Goulbeneze eux-mêmes durant 13 ans de travaux. Nous dînons ensemble dans un petit restaurant de la ville en attendant que le défilé s’organise. Les costumes sont drôles : veuves éplorées (souvent des hommes…) et ecclésiastiques en tous genres. Là encore ce n’est pas le délire sexuel de l’an dernier… c’est plus sage cette année. Le défilé s’achève par un feu d’artifice. Nous renonçons une fois encore à aller festoyer dans les rues jusqu’au matin…

C'est où ?

Fil conducteur

Voir le récit précédent et le récit suivant de la saison 3.

A votre droite la liste des pages de la saison 3 ----------------->

Commentaires (1)

le moine Marie
  • 1. le moine Marie | 23 Mars 2017
J'espère que vous nous le referez à Gouesnach le coup du déguisement , Thierry et la perruque ça vaut son pesant !En détournant habilement notre attention, il parviendra à nous cacher sa calvitie pendant des années ! Ici on cuve une méchante bronchite .Vous seriez bien aimable de m'assurer que la toux est un divertissement sans danger. Mais quand je recommencerai ma vie, on va voir ce qu’on va voir!
Le crépis du garage est terminé, on plante de l'herbe , on vous attend...etc ... Les journées passent tranquillement l'une derrière l'autre comme des wagons traînés par une locomotive à vapeur.
On vous embrasse avec gourmandise
Robert et Marie

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 22 Mars 2017